samedi 11 février 2017

Merritt Island

Je viens d’atterrir en Floride hier soir. Les 25 degrés tranchent avec les 40 centimètres de neige qui recouvrent toujours notre jardin à Vancouver Island. Direction Merritt Island, la plage est vaste et extrêmement peu peuplée même le weekend. Bonus, il y a toujours quelque chose d’intéressant le long de la route qui passe au milieu des marais saumâtres…



Ce n'est pas souvent que l'on voit deux alligators (alligator mississipiensis) se côtoyer...






Mon premier Grand-duc d'Amérique (bubo virginianus), et de surcroit avec ses petits (impossibles à discerner sur la photo malheureusement)

Et enfin une réunion de mouettes pour clore la journée.




dimanche 19 juin 2016

A day and a half in Banff National Park : rain and wild flowers

Nous avons passé un rapide weekend du côté de Banff National Park.
Nous quittons Calgary en ce samedi matin au ciel gris. A mesure que nous nous approchons des montagnes, le temps semble se gâter. Nous allons d’abord aux alentours de Lake Louise et nous choisissons le pittoresque Moraine Lake comme point de départ.



Après un rapide coup d’œil sur les eaux turquoises, au milieu des touristes asiatiques qui semblent plus intéressés par mon fils qui trône dans son sac sur mes épaules, nous partons en direction de Consolation Lakes. Il commence à pleuvoir dès que nous avons passé le pierrier. Nous profitons du parapluie naturel des épicéas et sapins pour casser la croute en espérant que l’intensité de la pluie diminuera. Pas de chance, nous continuons donc cette très facile promenade et admirons quelques fleurs comme l’Indian paintbrush.
Castilleja


Arrivés au premier lac, point de vue sur le glacier.

Nous ne pouvons continuer plus loin, les rochers sont bien trop glissants.  Demi-tour, et ce sera tout pour cette première après-midi.

Trollius albiflorus



Nous rentrons à Banff planter la tente dans le plus grand camping de tous les temps : le Tunnel Mountain campground. Nous sommes chanceux, la pluie a cessé, et pouvons faire sécher nos affaires autour d’un énorme feu puisque les buches à bruler sont disponibles en quantité illimitée.  Après un festin de rois, il est temps de se jeter dans les bras de Morphée.  Il pleuvra ensuite non-stop de minuit à 7 heures du matin.

Nous prendrons tout notre temps pour plier les tentes mouillées, et admirons les nombreux spermophiles du Columbia (Spermophilus columbianus).




Nous partons ensuite pour Johnston Canyon, trouvons une place où se garer tant bien que mal. Quel choc, la progression sur le chemin bétonné qui longe la rivière de Johnston est très lente. Nous avons l’impression de faire la queue dans un supermarché. Les gorges sont tout de même jolies, au même titre que les chutes d’eau.





Fort heureusement, après les Upper Falls, la majorité de la foule fait demi-tour. Il nous reste environ 3 kilomètres et 150 mètres de dénivelé pour atteindre les Ink Pots. Nous prenons bien le temps d’admirer la variété de fleurs sauvages.
Castilleja

Chrisopsis villosa

Aquilegia flavescens

Calypso bulbosa

Ledum groelandicum

Nous arrivons dans un pré alpin (1650 mètres d’altitude), entouré de montagnes qui nous toisent du haut de leurs 2400 mètres et plus. Les Ink Pots sont des petites mares qui sont alimentées depuis leur fond par des eaux bouillonnantes, la température de l’eau est cependant glaciale.




Demi-tour, nous sentons les roses emblématiques de la province d’Alberta.

Oxytropis splendens

Rosa acicularis

Finalement, nous jetons un rapide denier coup d’œil aux Upper et Lower falls.




Au revoir canyon surpeuplé.


Un petit panorama pris depuis la route Trans-Canada au retour en regardant vers le Sud.